Loi sur la liberté de participer à la réconciliation


Machjo
#1
Étant donné que les politiques fédérales de l’emballage et l’étiquetage et des médias publics actuelles donnent l’avantage aux membres des « deux peuples fondateurs » dans l’accès aux ressources économiques des industries concernés au détriment des communautés linguistiques sourdes, autochtones et autres, j’aimerais savoir ce que vous proposeriez comme révisions aux politiques linguistiques d’emballage et d’étiquetage et de medias publics pour rendre ces industries plus équitablement accessibles à ces communautés linguistiques officieuses. Si certains parmi vous n’ont pas beaucoup réfléchis à cette question, je recommanderais peut-être que la Chambre des communes adopte, comme petit pas vers la réconciliation avec les peuples autochtones, une loi sur la liberté de participer à la réconciliation selon laquelle :

1. le gouvernement du Canada consulterait d’autres états pour établir un marché d’emballage et d’étiquetage commun selon lequel les états membres seraient obligés d’accepter l’emballage et l’étiquetage des états membres qui apparait dans au moins deux langues obligatoires (toute autre langue étant facultative), chacune étant imprimée de la même grandeur et présentant la langue autochtone locale d'où elle aurait été imprimée se présentant n’importe où sauf en dernier, et l’espéranto se présentant en dernier comme remplissant suffisamment l’obligation linguistique d’emballage et d’étiquetage des états membre, chaque état membre étant libre d’accepter une politique de langue d’emballage alternative aussi s’il le veut. Pour le Quebec, on pourrait toujours accepter toute emballage en français unilingue aussi.


2. tout habitant du Canada qui désire se retirer du financement des médias d’état pourrait demander un bond électronique de média qui vaudrait sa part du financement des médias publics pour être utilisé envers la souscription à n’importe quel média participant, les médias participants :

a. étant exemptés des obligations concernant le contenu canadien;

b. étant libre de distribuer leurs fonds entre le texte, l’audio et le vidéo selon leur discrétion;

c. étant requis de distribuer les fond pour le texte ou l’audio à dix vingtièmes envers la langue autochtone locale, neuf vingtièmes envers une langue officieuse de leur choix (ce qui pourrait être la langue autochtone locale) sauf l’espéranto, et un vingtième envers l’espéranto; et

d. étant requis de distribuer les fonds pour le vidéo à dix vingtièmes envers une langue des signes, cinq vingtièmes envers la langue autochtone locale, quatre vingtièmes envers une langue officieuse de leur choix (ce qui pourrait être une langue des signes ou la langue autochtone locale) sauf l’espéranto, et un vingtième envers l’espéranto.

L’espéranto a une orthographie phonétique qui aide les sourds à le prononcer et les dyslexiques à le lire plus facilement, est de cinq à dix fois plus facile à apprendre que l’anglais, est au moins aussi précis que le français et est la troisième langue seconde la plus commune dans les écoles hongroises après l’anglais et l’allemand et suivi par le français en quatrième place, ce qui en fait une langue plus accessible pour les sourds, les dyslexiques et les autres qui manquent l’aptitude nécessaire pour apprendre une langue plus difficile, surtout dans un pays comme le Canada où à peu près 50% de la population canadienne adulte (et à peu près 60% de la population adulte habitant une réserve autochtone) est fonctionnellement alphabète ni en français ni en anglais selon statistique Canada en 2011 même après une soixantaine d’années du bilinguisme officiel.


En voiçi les réponses de deux candidates de la cirxonscription de Hull-Aylmer:

De Maude Chouinard-Boucher:

Comme vous le savez sûrement déjà, le Bloc Québécois a à coeur l'autodétermination des peuples autochtones et travaille à ce que le gouvernement du Canada leur fournisse les leviers nécessaires à ce qu'ils puissent se développer socialement, économiquement et culturellement, selon les orientations qui leur sont propres.

Vos propositions concernant les langues autochtones et l'espéranto sont à mon avis très porteuses. La plateforme du Bloc Québécois ne va évidemment pas aussi loin sur la question , mais je ferai cheminer vos propositions au sein du parti et si élu, en Chambre des Communes.

Maude

De Nycole Turmel:

Nous vous remercions d'avoir partagé avec nous vos préoccupations sur la question spécifique de l'emballage. Un grand merci d'avoir porte cette question à notre attention. En toute honnêteté, nous n'avons pas une politique spécifique de l'emballage mais que nous trouvons l'idée fort intéressante. Mme Turmel espère que, si elle est ré-élue, elle aura l'opportunité de rencontrer Monsieur pour discuter plus amplement d'un tel projet et voir comment elle peut porter la question à l'attention de son caucus.
Comme vous, nous sommes convaincus que la langue et la culture sont des éléments indissociables. Le NPD prend la question des relations avec les peuples autochtones très au sérieux.
Ayant pu mener plusieurs consultations auprès des communautés autochtones à travers le pays lorsqu’elle occupait le poste de Chef intérimaire de l’Opposition officielle, Madame Turmel est sensible au fait que la réappropriation de leurs langues traditionnelles est une étape importante vers la réconciliation.
Pour cette raison, le NPD est d’avis que le gouvernement fédéral à la responsabilité de travailler en partenariat avec les provinces et les territoires pour appuyer les communautés dans la protection et la revitalisation des langues autochtones. Plusieurs langues autochtones sont aujourd’hui en voie de disparation, il est essentiel de renverser la vapeur avant qu’il ne soit trop tard.
Elle et ses collègues du NPD sont déterminé à travailler avec les communautés autochtones pour construire une relation de nation à nation. Malgré des excuses officielles du gouvernement Harper, les Nations Unies ont dénoncé l’inaction du Canada face aux enjeux qui touchent les communautés autochtones.
Le NPD entend appliquer les principes de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et donner suite, en consultation avec les communautés autochtones, aux recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.
Un gouvernement néo-démocrate mettra sur pied dans les 100 premiers jours de son mandat une commission d’enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées. Le NPD s’engage à améliorer les infrastructures essentielles, comme le logement, les routes et les installations d’eau potable.
En Outaouais, nous avons la chance de pouvoir compter sur l’expertise du Centre d’Innovation des Premiers Peuples (CIPP) qui est situé dans le secteur Aylmer. Madame Turmel s’engage à continuer de travailler en étroite collaboration avec l’équipe du CIPP pour adresser de front les enjeux qui touchent les communautés autochtones à travers le pays incluant l’éducation et l’accès à l’emploi.
Concernant les enjeux entourant le langage des signes, le NPD soutient les mesures qui favorisent l’égalité et la pleine participation à la vie communautaire et au marché du travail des Canadiennes et des Canadiens ayant un trouble d’audition ou de la parole. Par exemple, le NPD a accueilli favorablement l’arrivée du service de Relais vidéo afin de faciliter les conversations téléphoniques. Il en va de même pour la présence d’interprètes lors d’événements du gouvernement fédéral auxquels prennent part des personnes ayant un trouble d’audition ou de la parole.
Finalement, concernant les langues régionales, il est vrai que plus de 200 langues ont été déclarées comme langue maternelle ou parlée à la maison lors du dernier recensement. Il s’agit d’une richesse pour le pays. En ayant deux langues officielles, le gouvernement fédéral doit néanmoins s’assurer qu’il offre à tous les Canadiens la possibilité d’apprendre le français ou l’anglais afin de pouvoir pleinement participer à la vie canadienne. Nous croyons également que dans certains cas, le gouvernement fédéral se doit d’offrir certains services dans des langues tierces afin que tous et toutes puissent avoir accès aux services gouvernementaux.
Encore une fois, merci d’avoir partagé avec nous vos préoccupations. Nous vous remercions à nouveau pour vous être informée sur nos positions et n'hésitez pas à nous réécrire pour nous faire part de votre avis sur tout autre enjeu.
Meilleures salutations,
EQUIPE DE NYCOLE TURMEL
 
captain morgan
#2
I saw the word esperanto in there and got to wondering why there are no esperanto vouchers in the education system
 
AnnaG
#3
Cool. I know a little Acadian, too: jambon, poulet, poivre, porte, derriere, etc.
 
Machjo
#4
Quote: Originally Posted by captain morganView Post

I saw the word esperanto in there and got to wondering why there are no esperanto vouchers in the education system

So what do you think of the two candidates' responses that I'd quoted?
 

Similar Threads

1
Hamas-Fatah announce reconciliation
by mentalfloss | Apr 23rd, 2014
1
Liberté, Égalité, Sororité
by Blackleaf | Feb 12th, 2006
0
Ogoni Reconciliation
by Jersay | Jan 7th, 2006
no new posts